Cette église, en partie romane, date du XIIIème siècle.
Sa très belle abside est classée au titre des monuments historiques depuis 1928.
Plusieurs aménagements ont vu le jour à travers les siècles :
En 1836 : Construction de la sacristie (ce qui malheureusement masqua partiellement la très belle abside…)
En 1837 : Réfection de la toiture du clocher.
En 1846 : Une maison menaçant ruine attenante au pignon de l’église fut achetée par la commune afin de la raser. Dans la foulée le pignon fut rénové et a accueilli la porte d’entrée actuelle qui se trouvait préalablement sur le coté sud.
En 1852 : réfection de la toiture de la nef.
En 1953 : rénovation de la toiture de l’abside avec des lauzes de calcaires et rénovation du très beau chœur en grès rose.
En 2012 : remplacement du plancher du clocher par la commune.
En 2019 : La commune fit procéder, après avoir pris conseil auprès des Bâtiments de France, au remplacement des abat-sons du clocher, pour la plupart en très mauvais état et menaçants de tomber, et fit changer l’escalier qui permet l’accès au clocher.
En 2020 : rénovation et peinture de la porte.

Patrimoine communal: Petit événement à Saint Affrique du Causse autour du départ pour restauration de la Vierge à l'enfant du XVIII ème siècle :
Dans le cadre du diagnostic patrimonial réalisé par la communauté de Communes Comtal-Lot et Truyère sur chacune de ses communes en 2019, un petit joyaux insoupçonné et extrêmement fragilisé par les épreuves du temps a été redécouvert dans l'église de St Affrique du Causse...
Il s'agit de la statue DE LA VIERGE À L'ENFANT du XVIII ème siècle...
Cette œuvre en bois sculpté très abîmée, fissurée, infestée d'insectes rongeurs de bois et dont l'enfant est détaché depuis de nombreuses années se trouvait sur l'autel d'une des deux chapelles de l'église.
D'après le diagnostic, son état nécessitait une intervention rapide sinon son espérance de conservation ne dépasserait pas 10 ans...
Tous les mobiliers religieux antérieurs à la loi de séparation de l'église et de l'état de 1905 étant propriété des communes, le Conseil Municipal a naturellement souhaité trouver une solution rapide et financièrement raisonnable pour sauvegarder cet objet exceptionnel, témoin à part entière de notre patrimoine culturel....
Sur les conseils avisés des services de la com-com nous avons eu la chance de trouver une jeune étudiante en troisième année à l'école des beaux-arts de Tours qui a accepté de la restaurer dans le cadre de son mémoire de fin d'étude.
L'intérêt patrimonial de notre "œuvre locale" correspondant parfaitement au programme pédagogique de l'enseignement de l'école des beaux-arts,
une convention a donc été signée en ce sens.

vierge de st affrique

vierge de st affrique

Cette étudiante, Marion Bertrand (par ailleurs originaire de Bezonnes) est venue pendant deux jours dans l’église préparer le conditionnement de la vierge avec du papier « japon » pour éviter notamment que des éléments de polychromie se détachent.
Installée méticuleusement ce matin dans une caisse spéciale pour le transport, elle a quitté notre commune pour une restauration salvatrice qui durera plusieurs mois!
Merci aux services de la communauté de communes sans qui ce beau projet n’aurait pas vu le jour,
Merci au Conseil Municipal qui a validé la convention,
Merci à Marion pour son investissement personnel dans le projet,
Merci à Julie, Hervé et Sylvette, conseillers municipaux, qui m’ont aidé à organiser « l’opération ».
Merci bien évidemment au Père Jubilée et à la paroisse pour leurs encouragements !
Ce départ un peu particulier a été accompagné comme il se doit par les cloches de l’église qui sonnaient ce matin à toutes volées !

Visite de l'église de Saint-Affrique du Causse